At Home in Europe

En tant que citoyen néerlandais, habitant à Bruxelles, je regarde les résultats des élections pour l’assemblée nationale de mon pays d’origine. Les Chrétiens-démocrates, longtemps parti incontournable, ont perdu la moitié de leur vote. Spectaculaire. M. J-P Balkenende, depuis 8 ans premier ministre du pays, a démissionné au début de la soirée. Son parti est tombé à la quatrième place, avec 22 députés (ou 21, selon), après unrésultat de 41 députés sur 150 aux dernières élections (2007).

Les conservateurs du parti libéral VVD et les social-démocrates du PvdA sont à égalité: chacun 31/150. Pour les socialistes, c’est un résultat surprenant. Ayant quitté le gouvernement-Balkenende qu’au dernier moment, la candidature du maire d’Amsterdam, Job Cohen, a revigoré le parti qui était tombé très bas dans les prévisions en février/mars. Cohen est le symbole d’une intégration réussie des immigrés (musulmans).

Cohen a certainement regagné la confiance d’un grand nombre de personnes qui s’identifiaient avec M. Geert Wilders et son PVV “parti”. Néanmoins, ce parti anti-européen et suprématiste, gagne 14 députés (9>23) au détriment du gagnant prévu, les conservateurs du VVD. Une coalition das conservateurs avec les chrétiens-démocrates, soutenue par M. Wilders, semble impraticable. Une coalition de gauche l’est autant. Les conservateurs et les social-démocrates semblent condamnés à gouverner ensemble, avec l’appui des libéraux de gauche (D66) et des Verts (GLinks).

Il y aura donc une coalition de partis favorables à la construction européenne. Le scandale de la représentation néerlandaise au parlement européen, composée à 30% d’anti-européens soumis à M. Wilders, ne se répétera donc pas.

Author :
Print